Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche pour “corinne falbet desmoulin lara lee a lu”

Lara Lee a lu Yakuna, tome 2 de Kacy Matthews de Jupiter Phaeton

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu Yakuna, tome 2 de Kacy Matthews de Jupiter Phaeton

4e de couverture

 

Saebryn nous a trahis. Avec son sourire et sa facilité à mettre les autres en confiance, il a bien caché son jeu. Maître Roscera et moi avons été kidnappés et nous voilà au camp ennemi. Erlan, le Cavalier du Feu, est un tantinet suffisant, pour ne pas dire exécrable. Il passe son temps à afficher sa confiance en lui, comme s’il pouvait écraser les autres avec. Tascio, le Cavalier de la Terre, a l’air d’avoir moins d’ego, plus de recul, et d’être capable de faire preuve de straté­gie. En revanche, ils se sont tous les deux mis en tête que j’étais importante. Comme dans importante-parce-que-quelqu-un-l-a-dit-dans-une-prophétie. Pro­phétie proférée par un type mort il y a trois cents ans, soit dit en passant.
J’avais l’espoir que Sasuke, dont j’avais négocié la li­bération, puisse venir nous sauver, mais nous sommes au milieu des Bois d’Aron, j’ai un petit peu du mal à voir comment il va faire pour nous retrouver.
Je dois trouver un moyen de m’échapper, même s’il faut mettre le feu à l’intégralité du campement pour y arriver.

 

 

Mon avis

 

Dans ce tome 2, j’ai retrouvé avec plaisir Kacy et ses amis. Plus mouvementé que le premier opus, ce tome nous emporte à la recherche de Kacy, capturée avec Maître Roscera par les Cavaliers. Sans trop spoiler, on apprend à connaître encore mieux les person­nages découverts dans le tome 1. J’aime toujours au­tant Sasuke qui a gardé pour moi le visage d’Hiroyuki Sanada. Il est tiraillé entre la volonté d’aider ses amis, aller à la recherche de Kacy et soutenir sa famille dans un moment délicat de leur règne. J’aime beau­coup ce personnage réfléchi et droit sur qui on peut compter. Tout autant que j’apprécie aussi sa sœur, Tiania, plus volontaire, plus casse-cou que son frère. Et il y a Kacy, la balasaï et l’héroïne du tome 1. Elle doit lutter contre les cavaliers pour s’échapper.

En tout cas, l’aventure proposée dans ce tome 2 est prenante, haletante et ne donne pas envie de lâcher le récit en plein milieu…

 

Et je lirai certainement le tome 3 car la plume de l’auteur est enchanteresse.

 

Pour illustrer musicalement ce retour de lecture, j’ai choisi OMNIA - Fee Ra Huri , musique qui collerait bien à la bataille dans al forêt contre le cavalier du feu et celui de la terre.

 

Lara Lee a lu Yakuna, tome 2 de Kacy Matthews de Jupiter Phaeton

Voir les commentaires

Lara Lee a lu And we'll meet again de Aurélie Château-Martin

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu And we'll meet again de Aurélie Château-Martin

4e de couverture :

 

Ada est mort dans d'étranges circonstances, et son petit-ami, Kei, désespéré, a décidé de quitter Londres pour refaire sa vie à New York. Il y coule une existence entre débauche, musique et désarroi, incapable d'oublier les ombres de son passé. C'est alors que, six mois après avoir émigré d'Angleterre, il rencontre en plein Central Park... Ada. Bien vivant, en chair et en os. Sauf que le jeune homme lui affirme n'être pas son ex, et ne pas le connaitre. Les mystères s'accumulent autour de cet homme beau comme un ange, sorti de nulle part, et qui ignore tout de son passé. Et si ce sosie était bel et bien Ada? Et si, par un étrange miracle, il avait survécu à sa propre mort?

 

Mon avis :

 

Je connais Aurélie château-Martin depuis quelques années par le biais de Facebook et je connaissais sa plume à travers des textes qu’elle proposait à la lecture sur son mur.

Récemment, un de ses posts a touché mon cœur. Un hater s’en prenait à ses écrits et avait posté un piteux avis. Je n’aime pas qu’on touche aux gens que j’aime. En général, je fonce dans le tas. Cela faisait longtemps que je voulais lire un livre d’Aurélie alors...je me suis lancée.

Le plus difficile a été de choisir lequel … car Aurélie a écrit une multitude de livres et tous me font envie mais ma PAL étant déjà en overdose, je me devais de choisir. Je ne sais pourquoi j’ai été attirée par « and we’ll meet again »...peut être est-ce le titre «  et nous nous reverrons » qui a séduit mon cœur. Je ne sais. En tout cas, le livre m’a plu.

Non seulement la plume d’Aurélie est belle mais je n’ai trouvé qu’une seule et unique coquille dans son livre, preuve que l’auteur travaille bien son manuscrit avant de le proposer à la lecture. Et je suis certaine que cette coquille n’existe déjà plus, l’auteur prenant à cœur de corriger ces petites imperfections.

L’histoire en elle-même, est, à la base, touchante et basique : un homme meurt, laissant son compagnon dans une grande détresse affective, tant qu’il croit le revoir… mais la force de l’auteur est qu’elle fait d’une simple histoire d’amour une épopée où se mêlent créatures fantastiques et histoire sanglante.

Plus d’une fois, j’ai eu les larmes aux yeux. Un autre talent d’Aurélie est de savoir décrire les émotions de ses personnages pour que le lecteur se les approprie.

 

Ce qu’il faut retenir de ce livre :

C’est une romance M/M avec des scènes torrides donc à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes.

Mais c’est un livre empli de tendresse, d’amour et de foi en l’autre qui m’a beaucoup séduite.

 

C’est certain, je relirai du Aurélie Château-Martin !

Et en plus...ça rime !

 

Pour illustrer musicalement ce retour de lecture, j’ai choisi « sailing » de Rod Stewart car je trouve que les paroles ( et la douceur de la mélodie) s’adapte bien au couple Kei/Ada.

Voir les commentaires

Lara Lee a lu Alerte: avalanche d'amour et tempête de flocons d'Alex Kin

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu Alerte: avalanche d'amour et tempête de flocons d'Alex Kin

4e de couverture :

Noël ça craint… sauf avec toi !
 

Passer les fêtes dans un chalet de luxe à Megève  ? Ça en ferait rêver plus d’une  ! Pourtant, Léni, elle, aurait préféré hiberner en solitaire jusqu’à l’année prochaine  ; c’est le premier Noël depuis le décès de sa mère, et elle n’a pas vraiment le cœur à faire la fête. Mais sa meilleure amie n’a rien voulu entendre et s’est donné pour mission de lui remonter le moral pendant ces vacances grâce à un programme de festivités délirant. Entre dégustation de chocolat chaud au coin du feu, excursion en raquettes, visionnage de comédies de Noël et bataille de boules de neige, Léni n’aura pas le temps de s’ennuyer  ! Elle espère quand même trouver un moment pour discuter un peu avec Will, l’un des invités, cet américain aussi charmant qu’attentionné. Tout le contraire de Valentin, l’employé saisonnier de la propriété, qui n’a pas l’air d’apprécier leur présence et ne se gêne pas pour le montrer… 

 

Mon avis

J’ai découvert la plume d’Alex Kin avec sa duologie « Mon prince ne viendra pas. Tant pis je ferai sans ! » et « J’ai épousé mon prince, merci du cadeau ! ». J’aime sa plume pleine de fraîcheur aux accents feel good qui donnent à ses romans ce petit plus qui me plaît tant.

J’ai donc ouvert cet opus en sachant que j’allais prendre plaisir à le lire… et ça n’a pas loupé. Si l’histoire est basique au début, elle devient intéressante au fur et à mesure que les différents personnages se dévoilent.

L’auteur a su également traiter d’un sujet grave sur un ton léger : comment faire le deuil d’un proche en ces moments de fête ?

Mon coup de coeur va à Will, la star américaine écorchant les expressions françaises à qui mon imaginaire a donné les traits de Bradley Cooper ( peut-être est-ce dû à son rôle d’un certain Will dans la série Alias?). Combien de fois ai-je pouffé de rire en lisant ses expressions ratées du style « être une mère dinde », « avoir un appétit de chien » ou bien encore « rire comme des dauphins ». Sortis du contexte, c’est pas aussi drôle mais en plein dans l’histoire, c’est vraiment risible ! Et imaginer Bradley Cooper les dire est... hum, craquant !

Mon moment préféré : la chasse au dahu… mais je ne vous en dirai pas plus. Il faut lire ce livre !

 

Pour illustrer ce retour de lecture, j’ai choisi une musique qui ôterait presque le balai du cul d’un certain Carl : CelKilt - Petit Papa Noël 

Voir les commentaires

Lara Lee a lu le syndrome de Dawn - Le Maître des fourmis de Freeric Huginn

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu le syndrome de Dawn - Le Maître des fourmis de Freeric Huginn

4e de couverture

 

En pleine adolescence, Galdric ne croit pas en l’amour. Puis un jour, il croise Mélodie, celle qui lui fera connaître l’amour avec un grand A. L’amour susceptible d’envoyer quiconque habiter au milieu d’un monde féerique. De vous porter à donner le meilleur de vous-même. De vous transcender...
Ils vont dès lors former le couple parfait, malgré les obstacles. Rien ne peut les atteindre, tant leur amour se montre pur. Et leur bonheur touche à son paroxysme à l’heureuse annonce d’un futur bout de chou.
Le grand jour est enfin arrivé, et à la suite d’un accouchement difficile, Galdric reçoit dans ses bras un nouveau-né aux yeux bridés.
Déconcerté, il s’interroge sur ce nourrisson que lui a remis l’infirmière :
— vous êtes sûre de ne pas vous être trompée de bébé ?

La réponse sera un coup de tonnerre : Trisomie 21.

Comment accepter cet enfant ? Comment pourra-t-il s’intégrer dans une société où la norme règne en maître ? Alexis sera-t-il plus tard accueilli ou humilié, rejeté par les autres ?
Et jusqu’où est-il possible de se rendre par vengeance ?

 

 

Mon avis

 

Après «  le secret du sexe déchu » et « végan psycho », « le syndrome de Dawn » est le 3e livre de Freeric Huginn que je lis. Et je me suis encore fait avoir ! Cet opus est si prenant que je l’ai dévoré en une matinée. Conçu en deux parties, la première est une ode à l’amour d’un père pour son fils. Différent certes, et alors ? Cette partie m’a prise aux tripes car elle est le reflet de notre société actuelle qui refuse ce qui n’est pas dans la norme. Quant à la seconde partie du livre, elle est tout simplement terrifiante et si réaliste… Je ne peux en dire plus sans en dévoiler la teneur mais je peux vous dire qu’elle est le miroir de notre société qui se tue elle même à petit feu.

Ce livre est tant un rappel à l’amour avec un grand A que les humains oublient bien trop souvent au profit du paraître et de l’idiotie collective, mais également un cri de notre planète qui ne veut pas mourir.

Encore un livre de Freeric Huginn que je ne peux que conseiller.

 

Pour ce retour de lecture , j’ai choisi System Of A Down - Lonely Day.

And if you go, I wanna go with you
And if you die, I wanna die with you

 

 

Voir les commentaires

Lara Lee a lu Les Lemieux de Sandra Demoulin et Jessica Peterkin

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu Les Lemieux de Sandra Demoulin et Jessica Peterkin

4e de couverture :

Alicia est une ado ordinaire dans une situation qui n'est pas ordinaire. Lors de ses vacances, elle va faire la découverte de quelque chose qui peut changer sa vie et celle de toute sa famille.

Mon avis :

J’angoissais à l’idée de lire ce livre car il est le dernier lien littéraire avec Sandra, partie trop tôt rejoindre les anges. Mais j’ai été bluffée. Bien loin d’un style larmoyant et conventionnel, la plume de Jessica Peterkin a su exploiter toutes les idées de Sandra Demoulin pour en faire une belle histoire qui surfe entre la réalité et la fiction. La famille Lemieux me fait un peu penser, dans ce livre, à la famille Adams pour le côté un peu décalé de l’histoire. Mais l’amour plane sur les membres de cette famille. Un amour inconditionnel entre eux et envers leur pilier.

J’ai dévoré cette histoire pas commune, souriant quand la fiction dépassait la réalité, avec cette petite musique de la famille Adams en tête.

Les seuls mots qui ont fait rouler des larmes sur mes joues sont ceux de Fred, son époux, à la dernière page, dans cet ultime message d’amour.

Bonus :

Souvent, les expressions québécoises m’ont fait sourire. Celle que j’ai retenue est « blanche comme un drap » (comme un linge en français).

Extraits :

- Comme un coup de baguette magique, cette nuit a déjà fait son œuvre. Maman va mieux, le soleil brille et mon esprit est enfin reposé. Rien en cet instant pourrait assombrir cette sublime journée qui s’annonce. (p98)

- L’été s’achève tranquillement et pour la première fois, c’est papa qui va faire les achats scolaires. J’avoue que ça m’affole un peu. J’ai bien peur d’arriver au secondaire avec un cartable de licorne fleurie. (p140)

Nota Bene : Les droits de ce livre sont entièrement dédiés au dernier rêve de Sandra qui était que son mari et ses enfants puissent faire le voyage jusqu’en France pour découvrir sa ville natale. Acheter ce livre permettra deux choses : que son rêve se réalise et que Sandra soit à jamais éternelle dans le cœur de tous les lecteurs.

Une cagnotte a également été ouverte pour concrétiser le dernier rêve de Sandra. Le lien est ICI si vous souhaitez participer. Merci pour elle et pour sa famille.

Pour illustrer musicalement ce retour de lecture, je ne pouvais pas choisir autre chose que cette petite musique lancinante qui m’a accompagnée tout au long de ma lecture en suivant la quête d’Alicia.

Voir les commentaires

Lara Lee a lu le royaume de Tobin de Lynn Fleweling

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu le royaume de Tobin de Lynn Fleweling
Lara Lee a lu le royaume de Tobin de Lynn Fleweling
Lara Lee a lu le royaume de Tobin de Lynn Fleweling
Lara Lee a lu le royaume de Tobin de Lynn Fleweling
Lara Lee a lu le royaume de Tobin de Lynn Fleweling
Lara Lee a lu le royaume de Tobin de Lynn Fleweling

4e de couverture du premier tome (sur 6) :

Selon une prophétie, le royaume de Skala ne peut prospérer que s'il est dirigé par des reines-guerrières. Mais un homme de la famille s'empare du pouvoir et parvient à éliminer toutes les prétendantes au trône, sauf une dont il ignore qu'elle est enceinte. Lorsque des jumeaux naissent, deux mages et une sorcière décident de tuer l'enfant mâle et de transformer la petite fille en lui donnant l'apparence d'un garçon. C'est le seul moyen d'assurer l'avenir du royaume, désormais ravagé par les épidémies et les famines, menacé par de puissants ennemis. Mais l'esprit de l'enfant sacrifié a survécu et s'est transformé en démon. Il martyrise sa mère et hante l'esprit de sa sœur. Élevée comme un garçon, Tobin grandit en ignorant sa véritable nature.

Avec ce premier roman salué par Robin Hobb, Lynn Flewelling nous entraîne dans les mystères de l'enfance et le difficile apprentissage de la vie.

Mon avis : C’est la deuxième fois que je lis cette saga de fantasy. Quand je l’ai acheté en 2009, j’ai dévoré ces six livres à vitesse grand V tellement l’histoire était captivante... 9 ans après, j’ai relu  cette saga avec un grand plaisir et je sais que je la relirai encore.

Tout est présent dans ce récit : l’amour, l’amitié, les combats, la magie... et la plume de l’auteur est fluide. Les personnages sont tous attachants (même si j’ai une préférence pour Tharin, compagnon d’armes du père de Tobin) ...

Les femmes manient l’épée... du moins quand une reine est à la tête du pays... La phrase qui résume tous ces livres est celle-ci : « tant qu’une fille issue de la lignée de Thelàtimos la gouverne et défend, Skala ne court aucun risque de jamais se voir asservir »... mais avec un usurpateur sur le trône, le pays est voué aux épidémies et à la guerre.

Cette saga nous permet de suivre Tobin de sa naissance à son âge adulte... une enfance assez heureuse avec un père aimant bien que maladroit, des études avec un magicien peu doué dans les relations humaines, Arkoniel, et la protection de la sorcière Lhel. L’apprentissage des armes et de l’amitié avec Tharin, ami de Rhius, le père de Tobin et Kirothius dit Ki, un jeune garçon sensiblement de l’âge de Tobin qui deviendra son compagnon de jeu. Une enfance quasi normale si ce n’est une mère qui a sombré dans la folie et l’omniprésence d’un être démoniaque.

L’auteur a su rendre son personnage principal très attachant. Le lecteur suit l’apprentissage de la vie du jeune Tobin...

Une saga qui ne laisse pas indifférent et qui est si riche en rebondissements que lorsque je la relirai, je suis certaine de redécouvrir à nouveau l’histoire.

 

Voir les commentaires

Lara Lee a lu the prison experiment d'Eric Costa

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu the prison experiment d'Eric Costa

4e de couverture

 

« Zone 51, désert du Nevada.
Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.
Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.
Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d'abandon ?
Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.
Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.
Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine. 
Son génie peut les sauver... ou les tuer.
Jusqu'où l'homme peut-il aller pour survivre ? »

 

Mon avis

 

Depuis le temps que je lisais de bonnes critiques sur ce livre, je me suis décidée à le lire il y a quelques mois. Mais voilà, j’ai fait un blocage dessus. Le ton de narration pour moi est le passé...et là, bing il était au présent, ce qui, pour mon imaginaire, rend tout mou et inintéressant. Alors j’ai laissé tomber à 13 % du kindle.

Mais j’ai testé à nouveau le truc et, en le lisant lentement car pour l’apprécier il a fallu que je le « traduise » au bon temps de narration, j’ai commencé à comprendre pourquoi les critiques étaient aussi bonnes.

L’idée est intéressante : enfermer des humains (ici des criminels de haute voltige) dans un édifice gardé par une intelligence artificielle. Comme base de départ, c’était alléchant. Mais en plus, l’auteur ajoute quelques personnes extérieures (le commando) pénétrant dans cette immense prison inhumaine avec pour mission d’en ramener l’architecte, alias Dédale, qui se serait enfermé dedans. Traité comme un huis clos, cette histoire est assez prenante. On voit comment réagissent les humains en situation délicate. Du bon comme du mauvais. Ah le Basileus, je l’aurai bien flingué à la place d’Elena !

 

Bref, si vous aimé les histoires style Hunger Games ou Divergente, lisez cette aventure, elle vous plaira.

J’hésite encore à lire la suite à cause de ce fichu temps de narration qui m’écorche vraiment les yeux. Peut être plus tard…

 

Pour illustrer musicalement ce retour de lecture, j’ai choisi Santiano - The Fiddler On The Deck.

 

Voir les commentaires

Lara Lee a lu Argenix de florence Jouniaux

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu Argenix de florence Jouniaux

4e de couverture

 

Nous sommes en l’an 3245 après Jésus-Christ, sur Argenix, une planète lointaine au-delà du système solaire. L’harmonie règne parmi la population dont le bonheur repose sur une répartition équitable entre le travail et les loisirs. Mais deux incidents viennent perturber cet équilibre parfait. L’élite intellectuelle d’Argenix elle-même se sent dépassée et s’interroge. Comment et où trouver des réponses ? Seuls les Pères Fondateurs, originaires de la Terre, pourraient leur en apporter, mais ils ne sont plus. Une évidence s’impose : il faut entreprendre un voyage vers l’ancienne Terre et retrouver, si possible, des survivants du cataclysme. Comment le groupe d’Argeniens désigné mènera-t-il à bien cette périlleuse mission ?
Cette histoire imaginaire nous fait voyager dans l’espace-temps et nous questionne sur notre humanité. Dans une société post-apocalyptique fondée par une élite intellectuelle qui a fui la Terre, des Argeniens triés sur le volet doivent retrouver les racines de leur civilisation. Durant leur périple, le vaisseau se pose sur d’autres planètes, dont certaines avec des êtres humains, leur apportant un chaque fois un regard neuf sur la définition de l’Homme. Ainsi, ce roman qui nous emmène dans l’imaginaire de l’auteure est aussi une question sur le devenir de notre planète dans les siècles à venir…

 

Mon avis

 

Bien loin des sagas telles Star Wars ou Star Trek, Argenix est une œuvre de science fiction qui met en relief le côté sociétale d’une civilisation dite évoluée.

Descendants de savants terrestres, les Argéniens ont construit une société qui se veut parfaite mais qui a des failles qui vont leur être brutalement révélées.

 

Mais cette communauté est-elle réellement équilibrée ? Le lecteur se voit projeté sur cette planète à la vie moderne et bien avancée. Cependant, il existe des castes : Selon que l’humain soit mégariste ou ergaste, il n’a pas la même vie. Certains décident, d’autres travaillent aux plus basses tâches. Tout le monde se dit content de sa vie ...Oui, mais...Ils ne connaissent pas d’autre système que celui imposé par les pères fondateurs.

 

Le début est un peu complexe à lire car l’auteur apporte de nombreux détails sur la vie des Argeniens. Personnellement, j’ai pris des notes pour m’y retrouver. Les personnages sont également très nombreux et c’est perturbant. Ce n’est pas un roman comme les autres. C’est plutôt la peinture d’une société sur le déclin qui veut redonner un souffle nouveau aux siens.

 

Pas fan de ce genre, j’avoue avoir apprécié la balade même si je l’aurai davantage dégustée en plusieurs tomes pour que les informations soient moins massives.

 

 

Un extrait du livre : «  Notre civilisation est trop… aseptisée. Nous avons une technologie remarquable mais nous manquons d’expérience dans le domaine des sentiments. Nous sommes, comment dire ? Des atrophiés du cœur. »

 

LIEN ACHAT KINDLE

LIEN ACHAT BROCHE

 

Pour illustrer ce retour de lecture, j’ai choisi Within Temptation - Whole World is Watching dont la musicalité correspond à la société argenienne ( à mon humble avis).

 

Voir les commentaires

Lara Lee a lu le mur du temps de Ludovic Metzker

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu le mur du temps de Ludovic Metzker

4e de couverture

 

Paris, juillet 2016

Benoît est un jeune étudiant en histoire. Pour terminer son mémoire sur l'Holocauste, il se rend au « Mémorial de la Shoah » accompagné de Jennifer, sa meilleure amie dont il est secrètement amoureux.
Devant un morceau du mur de l'ancienne synagogue de Lodz, le jeune homme fait un malaise…

Lodz, juillet 1944

Benjamin n'aspire qu'à retrouver la liberté volée par les nazis.
Battu et laissé quasiment pour mort par les Maquereaux devant le mur de l'ancienne synagogue, il fait une prière tout en sachant que ses jours sont comptés.
Épuisé, il se laisse aller et pense que la mort l'arrache à la vie…

Contre toute attente, Benoît et Benjamin vont échanger leur vie et se retrouver chacun dans la peau de l'autre.
Alors que Benjamin découvre une nouvelle forme de liberté, Benoît comprend qu'il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre…

Mon avis

 

Je découvre la plume de Ludovic Metzker avec ce livre. Et je me dis que j’aurai dû le lire bien plus tôt car non seulement la plume est belle mais l’imagination de l’auteur est extraordinaire.

Le côté fantastique était plus que nécessaire pour débuter cette histoire et elle n’est en aucune façon dérangeante, même pour les lecteurs peu férus de ce style littéraire.

Les histoires parallèles de Benoît et Benjamin m’ont touchée par leur vérité. Voir à travers les yeux des personnages était tout autant bouleversant qu’il s’agisse de l’un ou l’autre des protagonistes car même s’ils ont échangé le paradis et l’enfer, ils ne l’ont su qu’en le vivant réellement.

Je ne veux pas en dire plus car ce livre est à lire et non à commenter. Je peux juste ajouter que la fin est belle.

C’est peut être le premier livre que je lis de cet auteur mais ça ne sera pas le dernier ! Et je vous encourage à le découvrir !

 

Voici un extrait de sa plume que j’ai trouvé très beau et qui ne dévoile rien de l’histoire :

« Le vent, cet ennemi invisible,finit souvent par gagner. S’il a envie de vous terrasser, il le fait. S’il a envie de retourner votre ville à l’envers, il le fait. Il n’a pas besoin d’armes à feu, le vent, puisqu’il est une arme à lui tout seul »

 

Pour illustrer ce retour ce n’est pas une chanson ( et aucune de celles qui ont été évoquées dans ce livre) mais deux qui me venaient à l’esprit selon que j’étais avec Benoît ou Benjamin. Deux magnifiques chansons qui ont toujours touché mon cœur quand je les entends.

 

Pour Benoît  et pour Benjamin ou pour Benjamin et Benoît

Voir les commentaires

Lara Lee a lu Les Kergallen, tome 2 : Joanna de Aurore Aylin

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu Les Kergallen, tome 2 : Joanna de Aurore Aylin

4e de couverture :

Les Kergallen... une famille où la magie se transmet de mère en fille.
 


Joanna est une magicienne des éléments. Leur maîtrise n'a plus de secret pour elle, elle connaît le potentiel de destruction de son pouvoir et s'est appliquée à ne jamais en perdre le contrôle. Bohème, artiste dans l'âme, la jeune femme mène sa vie comme elle l'entend au milieu de l'exubérant clan Kergallen. L'irruption de Dragan va tout bouleverser et l'entraîner dans un univers dont elle ne soupçonnait même pas l'existence en dépit de sa connaissance du monde magique. Dragan qui, au contact de la fascinante Joanna, se découvre farouchement protecteur, surtout lorsque surgit de son passé l'homme dont il rêve de se venger...

 

Mon avis :

Dès le tome 1, je suis tombée sous le charme de la famille Kergallen et de la plume de l’auteur de cette saga. Le tome 2 ne fait que confirmer mes premiers ressentis.

Non seulement les personnages sont tous au top : Joanna, mise en lumière dans ce tome, était ma chouchoute du tome 1...mais ce qui est extra, c’est qu’on retrouve tous les personnages du tome 1 dont la truculente Sophie la Siphonnée. Mais dans ce tome, mon coup de cœur va à Corentin, l’adolescent dans toute sa splendeur, usant mais craquant.

L’histoire est toujours menée tambour battant, je ne raconte rien pour ne pas spoiler mais une chose est certaine : on ne s’ennuie pas avec la famille Kergallen ! Après le fantôme écossais, Aurore Aylin nous ouvre le mystère des anges et dévoile sa vision de l’histoire entre Merlin et Vivianne.  

La seule chose de négatif dans ce livre ? D’arriver à la fin car on ne veut pas quitter cette terre bretonne et cette famille si attachante !

Mais comme il existe d’autres tomes, le sourire revient vite !

Un gros plus : le petit bonus à la fin : la nouvelle s ce qui s’est passé pendant le visionnage du film « les Visiteurs » mais chuuuuut, il faut lire ce tome et la nouvelle pour en apprécier toute l’importance.

Et si vous allez à Mon's Livres le 24 et 25 novembre prochain, allez à la rencontre de ce formidable auteur qu'est Aurore Aylin et sa fabuleuse saga... Ne passez surtout pas à côté ! Et allez lui faire un bisou pour moi !

Voir les commentaires