Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche pour “corinne falbet desmoulin lara lee a lu”

Lara Lee a lu le cœur est la raison de Lionel Touzellier

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu le cœur est la raison de Lionel Touzellier

4e de couverture

Suivez le destin d'une femme exceptionnelle, à travers un récit porteur d'espoir

Katsitsanoron a vingt ans et vit au Groenland. Là-bas, le réchauffement climatique n’est pas une menace qui se dessine à l’horizon, il s’est déjà invité dans leur quotidien. Mais elle est bien décidée à agir. N'écoutant que son courage, elle va entreprendre un incroyable voyage vers l’inconnu, à la rencontre d’une humanité qui semble s'être oubliée…

 


 

Mon avis


En acceptant ce voyage vers l’imaginaire de Lionel Touzellier, je n’imaginais pas un instant rencontrer un personnage aussi intéressant que l’est Katsitsanoron. Cette jeune inuit au nom imprononçable a fait un voyage incroyable pour délivrer un message de paix dans un pays où l’individualisme et l’égocentrisme font force de loi. Bien des fois, et à l’instar des per­sonnes que Kat rencontre, je me suis demandé où commençait sa volonté de réussir à porter son mes­sage et où commençait sa naïveté pour vouloir le faire dans un monde tel que le notre. Mais tout comme Greta Grimberg, elle est de ces femmes qui osent tout pour atteindre son objectif premier.

Ce livre est non seulement l’histoire d’un long voyage mais également celui de la réussite d’une simple inuit à diffuser un message au monde avec pour seuls moyens sa volonté et son humanisme.

Je ne spoilerai pas le récit mais elle a utilisé les moyens de diffusions actuels et en ça, j’ai trouvé cela réussi.

Excellent livre où l’adage pourrait être : quand on veut on peut...et pour le vouloir, Katsitsanoron le voulait et à réussit haut la main son projet.

 

Pour illustrer musicalement ce retour de lecture, j’ai choisi Mart Hoogkamer - Unchained Melody.

 

Voir les commentaires

Lara Lee a lu la libellule noire d'Agneta Gerson

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu la libellule noire d'Agneta Gerson

4e de couverture

 

Une nuit de juin 1819, à Abisko en Laponie suédoise, une femme habillée de blanc est assassinée par une mystérieuse confrérie lors d'un rituel macabre.

Deux cents ans plus tard, près de Malmö, la jeune Kristina, désœuvrée et solitaire, est retrouvée morte dans un lac, un symbole étrange gravé dans la peau.

L'inspecteur Anders Falk de la brigade criminelle de Simrishamn est chargé de l'affaire. Mais les indices manquent et Sarah, l'amie de sa fille, disparait à son tour.

Qu'est-elle devenue?Qui est cette mystérieuse généalogiste qui enquête autour des origines de Kristina?

Que signifie ce symbole en forme de flèche inversée taillé dans les chairs de la victime ? Quel secret cache la nouvelle collègue d'Anders qui l'épaule dans l'enquête ?

Dans sa traque du meurtrier, tout le ramène sans cesse à un hôpital psychiatrique où les deux jeunes femmes avaient séjourné...

Dans la lignée des grands romans policiers nordiques, ce polar suédois entraîne le lecteur dans une intrigue à couper le souffle, dont il ne sortira pas indemne.

 

Mon avis

 

Après projet Arthemis et l’ombre de Comenius, la libellule noire est le troisième thriller que je lis d’Agneta Gerson. Comme pour les deux premiers, l’auteur m’a encore bluffée. J’aime sa plume et sa facilité à distiller de fausses pistes afin qu’on ne comprenne qui est le coupable qu’à la toute fin de l’histoire. Qui plus est, la grande force de cet auteur est la description des paysages. Sa plume m’a fait voyager au coeur de la Suède et de la Laponie où sa plume a dessiné avec justesse la magnificence des paysages nordiques.

En bref : un excellent thriller doublé d’une belle plume et d’un beau voyage dans les pays nordiques… Qu’attendez-vous pour découvrir les thrillers d’Agneta Gerson ?

 

Pour illustrer ce retour de lecture, j’ai choisi « For whom the bell tolls ( pour qui sonne le glas) de Metallica .

Voir les commentaires

Lara Lee a lu les tribulations d'Hortense de Nathalie Brunal

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu les tribulations d'Hortense de Nathalie Brunal

4e de couverture

 

Quand le quotidien d'une maman solo vire au cauchemar...
Hortense, divorcée depuis plusieurs années approche de la quarantaine. Entre les " sautes d'humeur " de son adolescent, les bêtises du petit dernier et sa tante envahissante, elle n'a pas le temps de s'ennuyer !
Elle travaille avec Tata Martha dans le salon de thé que possède celle-ci et subit chaque jour les allusions sur sa vie sentimentale désertique. Assumant pleinement son statut de mère célibataire, elle ignore du mieux qu'elle peut ses propos. Mais quand sa tante prend " le taureau par les cornes " et décide de lui trouver le prince charmant, rien ne va plus !

Mon avis

 

Décidément, dès que je commence un livre de Nathalie Brunal, mon moral va beaucoup mieux ! Encore un livre extra avec des bons moments. Hortense n’est pas aussi poissarde qu’Anna mais ses enfants lui en font voir de toutes les couleurs ( mention au gel super fixant dans les cheveux de Joris). Et la tante Martha aussi ! Exubérante et se mêlant de la vie de sa nièce, Martha est un personnage haut en couleurs, envahissant mais positivement adorable. Quand à choisir entre Marc et Philippe, pffff là, Hortense a été un peu lente ! Je lui en aurais donné des coups de pieds au derrière ! Avec un ex aussi nul que son ex, m’étonne pas qu’elle hésite...mais bon. Autres moments hilarants : ceux avec Truc et Bidule ( pour connaître les vrais prénoms mieux vaut lire le livre…).

Bref : un livre feel good extra qui m’a encore fait passer un bon moment. Ce qui est certain, c’est que je vais surveiller la sortie du prochain livre de Nathalie Brunal !

 

Je voulais illustrer cet article par une chanson qui me faisait penser à Hortense. Fragile mais pas trop, prude mais pas tant, avec une légèreté qu'elle ne soupçonne pas en elle... je trouve que cette chanson des Celtic Woman lui rend bien hommage.

Voir les commentaires

Lara Lee a lu le secret du sexe déchu de Freeric Huginn

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu le secret du sexe déchu de Freeric Huginn

4e de couverture

 

Les misandres ont pris le pouvoir.
C’est tout ce que votre accréditation m’autorise à vous révéler.
Le reste est classé « Top Secret ».
Libre à vous de chercher la Vérité, mais ne comptez pas sur moi.
Vous devrez la trouver seule.
À vos risques et périls...

 

Mon avis

 

Bien qu’immergé dans une société misandre, l’auteur nous dépeint la société actuelle, en inversant tout simplement les rôles. Le sexe faible est la gente masculine et les hommes doivent faire attention à leurs petites fesses. Bien que grossière, cette inversion des rôles est salutaire pour la compréhension de l’évolution des genres. Autant il est inadmissible dans notre monde que les femmes soient rabaissées, autant il l’est de même dans cette dystopie pour les hommes. Ce monde d’ailleurs pourrait bien voir le jour dans le futur car au départ, il a été construit dans une bonne optique : éradiquer la guerre, la violence, la famine...tous ces phénomènes étant engendrés par l’homme. Mais à travers cette histoire, on peut se rendre compte que si les femmes avaient à la base de bonnes raisons de vouloir changer la société, elles ne l’ont pas fait évoluer. A mon sens,c’est toute l’Humanité qui a besoin de changer, voire de grandir.

Une phrase revient sans cesse dans ce livre : "Maman s’occupe de tout". Anodine, au début, cette rengaine devient glaçante au fur et à mesure qu’on progresse dans l’histoire.

J’espère que les humains sont moins cons que dans ce livre et que cette histoire n’est en rien prémonitoire car au rythme où va le monde, il pourrait bien se retrouver engluer dans ce genre de société.

 

Un excellent livre où j’ai découvert non seulement la plume de l’auteur mais une réflexion très intéressante sur notre société actuelle. Un livre qui ne peut laisser personne indifférent. Un livre à lire ABSOLUMENT !

 

Pour illustrer ce retour de lecture, j’ai choisi «  je suis un homme » de Zazie qui dépeint exactement ce qui peut faire basculer notre société dans un monde misandre… Nous n'en sommes pas si loin !

Voir les commentaires

Lara Lee a lu Et si demain n'existait plus, tome 3 : Katia de Ludovic Metzker

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu Et si demain n'existait plus, tome 3 : Katia de Ludovic Metzker

4e de couverture

 

« Mon enfant, moi qui t’ai vu naître et mourir, j’ai entendu ta souffrance et j’ai pleuré lorsque ton corps est entré dans mes entrailles. En ce jour béni de ta résurrection, sache que les forêts qui bordent ta ville natale ne t’ont pas oubliée et scandent ton nom afin que tous les humains prennent peur à son énoncé. J’ai fait de toi mon bras armé, la porte-parole de ma colère. Ainsi, de ton arc bandé, tu feras pleuvoir le feu de l’Enfer et tu mettras à genoux ceux qui m’ont vomi jusqu’à présent. A lui tout seul, ton nom suffira à rallier une armée qui sera digne de ma vengeance et celui-ci suffira à semer le trouble dans le cœur de l’Homme !
De mon puissant souffle, je t’offre la vie, mais c’est à toi qu’il incombe d’apporter la mort ! Que cette humanité irrévérencieuse se souvienne à jamais de ton nom… Katia ! »

 

Mon avis

 

Katia la cruelle, Katia la sanguinaire...était avant tout Katia la victime innocente d’un prêtre pervers qui a détruit son enfance et sa confiance dans l’homme en général. La Terre, bafouée par les hommes qui la détruisent pour leurs propres profits, donne une nouvelle vie à Katia pour qu’elle puisse la venger tout en châtiant les hommes coupables de cette déchéance. Mais le Mal n’a pas toujours un visage mauvais. Il faut se méfier des apparences.

Ce troisième opus est encore plus sanglant et plus cruel que les deux premiers mais on y ressent toute la souffrance de Katia et à travers elle, celle de la terre qui ne sait comment éduquer ses « enfants ».

Un livre excellent avec de nombreux messages tant écologiques qu’humains mais à ne pas mettre entre les mains des plus sensibles.

 

J’ai choisi «the house of the rising sun» de The Animals pour illustrer cet article car la terre devient la geôlière des hommes, son bourreau et son unique rédemptrice.

Voir les commentaires

Lara Lee a lu tuer n'est pas vivre, tome 3 : le sang d'un assassin de Charlotte Adam

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu tuer n'est pas vivre, tome 3 : le sang d'un assassin de Charlotte Adam

4e de couverture

 

Tu es encore en vie, tu as le choix, murmura-t-elle. N’attends pas qu’il soit trop tard pour faire ce dont tu as envie.
— J’ai fait un choix il y a longtemps, chaque action de mon quotidien en découle. On n’efface pas le passé. On ne décide pas un matin de faire table rase et de repartir à zéro, comme si rien ne s’était passé. Tout doit se payer, un jour ou l’autre. Et pour moi c’est l’heure de payer. Quelqu’un veut voir couler mon sang, et il est sûrement en droit de l’exiger.

Après avoir réglé le différend qui l’a opposé aux Fletcher père et fils, Wade se sent presque prêt à changer d’existence pour de bon. Il reçoit justement une proposition de Tony Rezzano qui pourrait bien bouleverser sa vie. Mais dans le même temps, Wade doit faire face à son passé qui ressurgit à travers un contrat qui ne se déroule pas comme prévu… Jusqu’à quel point les actions commises dans le passé détermineront-elles l’avenir ?

 

Mon avis

 

Un troisième tome que j’ai encore plus aimé que les deux premiers...Centré sur la relation entre Wade et Marina, le récit est rythmé et on en apprend encore plus sur ces deux personnages. Leur relation «  je t’aime moi non plus » les rend attachants, surtout quand un contrat est mis sur la tête de Wade et que Marina entreprend de le protéger.

Bref un tome 3 qui m’a bien plu mais ne voulant pas quitter Marina, Wade, Tony, Gino et Jenny, j’aimerai bien que l’auteur nous écrive un 4e opus !

 

L’ambiance est telle à little Italy que seule cette chanson «parle plus bas» interprétée par Patrick Fiori me semblait adaptée à ce retour de lecture ( sans compter que j’ai tendance à entendre l’intro si caractéristique de cette musique dès que Wade et Marina ont un tête à tête).

 

Voir les commentaires

Lara Lee a lu Surcouf, roi des corsaires, roman d'aventures de Arthur Bernède

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu Surcouf, roi des corsaires, roman d'aventures de Arthur Bernède

4e de couverture

Mot de l'auteur: "Il ne faut pas confondre corsaires avec pirates… Le pirate était un bandit qui exerçait en tout temps son métier infâme. Le corsaire, lui, n’armait qu’en temps de course, muni d’une autorisation expresse de son gouvernement appelée « lettre de marque ». Et les corsaires, noblement, accomplirent de fameux exploits.
C’est l’histoire du plus grand de tous, Robert Surcouf le Malouin sans peur et sans reproche, que, d’après des documents rigoureusement authentiques, nous allons vous raconter."
Arthur Bernède (1871 - 1937), est un romancier populaire français. Auteur très prolixe, il a créé plusieurs centaines de personnages romanesques, dont certains, devenus très célèbres, tels que Belphégor, Judex et Mandrin, ont effacé leur créateur. Il a également mis en scène Vidocq, inspiré par les exploits de ce chef de la Sûreté haut en couleurs. Il est également connu sous les noms de plume de Jean de la Périgne et de Roland d'Albret

 

Mon avis

Pfffffffffff... Ce que c’était gonflant à lire ! Moi qui aime lire les romans historiques, j’ai été écœurée par cette grandiloquence constante pour décrire les faits et gestes de ce grand corsaire. C’est simple, si Marvel en avait fait une BD, Surcouf serait un super héros avec de supers pouvoirs ! Ce n’est pas du tout ce que je recherchais... je suis très déçue par ce livre qui, quand il ne tombait pas dans l’obséquiosité, s’étalait dans une romance fleur bleue lourde et inintéressante. Quant aux faits historiques, je doute de leur véracité. Bref, un roman à lire si on a rien d’autre sous le coude...et encore. Je lirai d’autres livres sur Surcouf en évitant soigneusement ce genre d’auteurs.  

Voir les commentaires

Lara Lee a lu Nina, tome 3 des Kergallen de Aurore Aylin

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu Nina, tome 3 des Kergallen de Aurore Aylin

4e de couverture

Les Kergallen... une famille où la magie se transmet de mère en fille. Auprès des Kergallen, Nina la révoltée a trouvé un certain équilibre. Mais cet apaisement est mis à mal par la présence silencieuse et étrangement distante de l'homme qu'elle aime, retrouvé après une trop longue séparation et de nombreuses épreuves. Ils ont changé, l'un et l'autre, mais sauront-ils accepter ce qu'ils sont devenus pour aller de l'avant ? Lorsque Nina, taraudée par le passé, se lance dans une quête très personnelle et y entraîne Marzhin se présente peut-être l'occasion pour eux de conjurer leurs blessures. Et, qui sait, d'apporter une réponse à la question que se posent tous les Kergallen : pourquoi la magie ne touche-t-elle que les femmes ?

Mon avis :

Dans cet opus, les Kergallen laissent la lumière à leur ancêtre : Nina ou Nynève. Le trio qu’elle forme avec Marzhin et Morrigan est le cœur qui fait battre ce récit.

Et cette histoire est prenante et surprenante. Entre magie et réalité, on y croise Mélusine, Merlin, Vivianne, Morgane et j’en passe.

Le lecteur est transporté tantôt en Terre des hommes, en Bretagne, tantôt chez les fées en Faërie, tantôt dans le royaume angélique de Gwenwed.

La légende d’Excalibur  vient se greffer au milieu de toute cette aventure qui ne tolère aucun temps mort. Et des pans de vie de Merlin sont également dévoilés.  

Si la plume d’Aurore Aylin m’arrache souvent un sourire grâce aux Chipies Kergallen, elle a su aussi mettre de l’eau dans mes yeux plus d’une fois lorsqu’il s’agit de l’histoire de Nynève, Marzhin et Morrigan.

Ma scène « chouchou » : la vengeance des Chipies dans un magasin de fringues... à lire !

Côté espièglerie, dans cet opus, bien que Corentin soit toujours au top, la petite Lili lui vole la vedette... à suivre !

En résumé : un livre magnifique où règne magie et amour rimant avec immortalité. Qui peut se prévaloir d’un amour de plusieurs millénaires ? Un livre qui m’a fait vibrer du début à la toute fin...un livre à lire ...mais surtout une saga à dévorer !

Voir les commentaires

Lara Lee a lu la saga des carnets d'Enoraen de Laetitia Arnould

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu la saga des carnets d'Enoraen de Laetitia ArnouldLara Lee a lu la saga des carnets d'Enoraen de Laetitia ArnouldLara Lee a lu la saga des carnets d'Enoraen de Laetitia Arnould

4e de couverture             

Dans un Pays où les enfants aux cheveux sombres sont maudits, deux jeunes Fous-Fuyants sont les seuls témoins de la renaissance du Squale, fils du Prince Skornañ et créature diabolique du Pays d'Enoraen... Journaliste dans la cité de Farlight, Evgenià Goh-Edson est la seule habitante d'Enoraen à croire en l'existence de ce terrible monstre qui sévit sur les réseaux de communication internationaux et provoque de plus en plus de catastrophes naturelles. Après la disparition inquiétante d'une Moire, Evgenià va se lancer dans une quête insensée : celle de retrouver le Squale... Parallèlement, quelque part sur Terre, Florent Delwenn, un jeune étudiant en Histoire de l'Art, va se retrouver par inadvertance en possession d'un carnet de cuir noir antique... Ce qu'il ignore c'est que ce Carnet va métamorphoser sa vie à tout jamais... Car c'est l'un des cinq Carnets d'Enoraen... Les Quatre Mondes n'ont jamais eu un avenir si sombre... Qui sera en mesure de les sauver ? Et vous, êtes-vous prêt à ouvrir le premier Carnet d'Enoraen ?

 

Mon avis

Fan des écrits de Laetitia Arnould, je me réservais le plaisir de lire cette saga quand tous les tomes auraient été publiés...

 

Hélas, la maison d’édition qui portait cette fabuleuse histoire a fermé ses portes et les merveilleux carnets d’Enoraen se retrouvent orphelins d’éditeur. J’espère que l’auteur trouvera la maison d’édition qui saura porter aux nues son travail car tous ses livres sont de vrais petits bijoux et les carnets d’Enoraen ne font pas exception...bien au contraire.

Comme à chaque fois, Laetitia a su, de sa plume légère et magique, m’emporter sur les terres de son imaginaire... la balade en terre d’Enoraen a été fabuleuse. Je n’ai qu’un regret : que le 4e tome n’ait pas vu le jour pour connaître la suite des aventures de Florent, Faelan, Irwin, Evgenià ...et tant d’autres personnages sortis de l’imagination fertile de cet écrivain comme les Moires, les lorialets ou les aigles-loups...  j’aurai même aimé savoir ce qu’il est advenu d’Ombelyne et de Skornañ.

Si vous êtes éditeur ou si vous travaillez dans une maison d’édition...penchez vous sur l’univers de Laetitia Arnould, ses écrits pourraient devenir la perle de votre rayon fantasy jeunesse.

Voir les commentaires

Lara Lee a lu le chien est mort à Calig de Gabriel ronan

Publié le par Lara Lee Lou Ka

Lara Lee a lu le chien est mort à Calig de Gabriel ronan

4e de couverture

Calig, petit village caché au fin fond de la province de Valence en Espagne.

Marc Maillard, la quarantaine, y a trouvé refuge. 
Enquêteur de la police française qui fuit depuis plusieurs années les autorités de son propre pays, il réussit peu à peu à se reconstruire, du moins en apparence... 

Un doux matin de nouvel an, une prostituée est retrouvée morte dans un fossé en bord de route, à quelques pas de chez lui. 

Par la force des choses, il va devoir apporter son aide afin d’élucider ce mystère, quitte à se mettre en danger, lui et ses proches, d’autant qu’une nouvelle affaire de disparition de policier agite la ville de Toulouse dont il est originaire...

Ses allers et retours entre son ancienne vie et l’actuelle vont tout remettre en question, même ce qui lui restait d’humanité...

« Joanes ressortit de la pièce, son cric à la main, dont le sang mélangé de l'ensemble de la petite famille coulait encore de son extrémité et maculait le sol du premier, créant des gouttes qui grandissaient doucement sur le marbre blanc et noir de l'étage. »



Mon avis

C’est le 2e livre que je lis de Gabriel Ronan. Le premier « disparition inquiétante » traitait de la disparition d’un personnage que nous retrouvons là dans ce livre « le chien est mort à Calig »...

Comme la première fois, la plume de l’auteur m’a embarquée direct dans l’histoire. C’est un bon polar qui se lit facilement, loin des clichés habituels des séries télé... il faut dire que l’auteur étant « du métier » il sait comment en parler...et il en parle bien !

J’ai aimé suivre les investigations de Marc Maillard, son personnage principal, qui, tout en se présentant comme un citoyen lambda, est en fait un excellent enquêteur... De la mort d’une prostituée, d’un chien et de bien d’autres, le récit est prenant et l’enquête bien intrigante...

Sans compter le dépaysement car l’histoire se déroule entre le sud-ouest de la France et l’Espagne...



 

Voir les commentaires